La perte d’autonomie des parents a de nombreuses conséquences. Non seulement elle concerne généralement leur santé physique, mais dans de nombreux cas, elle impacte également leurs capacités cognitives. Certains actes de la vie quotidienne deviennent dès lors plus compliqués et vos parents peuvent avoir besoin de recourir à votre aide.

C’est le cas en particulier pour la gestion de leur argent. Si autrefois vos parents pouvaient gérer eux-mêmes leurs comptes et leurs dépenses, ils rencontrent de plus en plus de difficultés à s’en occuper seuls. Risques d’abus de faiblesse, incapacités à agir sur leurs comptes digitalisés, moins bonne compréhension des communications émises par leur banque… Pour toutes ces raisons, il peut arriver que vous soyez obligé(e) d’intervenir pour aider vos parents à gérer leur argent. Mais que se passe-t-il si vous êtes une fratrie ? Qui doit prendre en charge cette mission ? Comment la rendre la plus transparente possible auprès des autres frères et sœurs ? Quels dispositifs permettent de vous faciliter la vie dans la gestion de l’argent de vos parents ?

Aider ses parents vieillissants à gérer leurs comptes

Quand on parle d’aide familiale pour les séniors, on pense souvent à l’aide quotidienne : ménage, cuisine, transport… Mais l’aide peut avoir bien d’autres facettes, et la question de l’argent surgira immanquablement. En effet, on sait que les personnes âgées sont les plus susceptibles d’être visées par les abus de faiblesse.

Abus de faiblesse : de quoi s’agit-il ?

L’actualité rappelle régulièrement que les seniors sont une des cibles favorites pour des arnaques en tous genres : ventes forcées lors d’un démarchage à domicile ou par téléphone, arnaques sur internet, souscription de crédits à la consommation ou d’assurance-vie non nécessaires, surfacturation de services à domicile… Quand ce type de problèmes viennent à surgir, il faut en référer au Code de la Consommation qui punit les abus de faiblesse auprès des personnes dites vulnérables. Si vos parents rencontrent ce genre de problèmes, il est très important que vous engagiez avec un eux un dialogue sur comment gérer leur argent, et voir ensemble comment vous pouvez les aider à être plus vigilants par rapport à leurs dépenses et investissements.

Au-delà de la question de l’abus de faiblesse, vos parents âgés peuvent se sentir démunis pour la gestion de leur argent. Ils ne comprennent plus leurs relevés de comptes et d’épargne, ils n’arrivent plus à faire eux-mêmes leurs déclarations d’impôts…

Parfois, un problème de déclin physique (et non cognitif) de vos parents peut vous inciter à leur venir en aide et à leur parler d’argent : vue de plus en plus mauvaise empêchant de lire, problèmes d’arthrose compliquant le fait d’écrire (et donc de signer des documents par exemple)…

Désigner un aidant pour les finances au sein de la fratrie

Lorsqu’au sein de votre famille, cette situation de difficultés face à la gestion de l’argent est constatée, il est important d’engager une discussion commune à laquelle prennent part vos parents et toute votre fratrie.

L’argent reste un tabou souvent très important et parler des problèmes d’argent n’est pas facile. Les querelles qui y sont liées peuvent être dévastatrices. Pour éviter ce genre de situations, la transparence s’impose. Profitez d’une réunion de famille pour mettre le sujet sur la table, en veillant toujours à ce que vos proches soient d’accord dans cette démarche. Il ne s’agit pas de leur soustraire leurs capacités de décision sur l’administration de leurs finances, mais de les aider ! La nuance est considérable. Vous ne faites pas « à la place de », mais « en accord avec » (ceci tant que vos parents ont suffisamment de lucidité).

Si vous êtes plusieurs frères et sœurs, la question qui va se poser est de savoir « qui » prend en charge cette tâche. Plusieurs choses sont à prendre en compte :

  • La tâche peut être chronophage ;
  • Elle doit être réalisée par quelqu’un qui est à l’aise avec la comptabilité ;
  • Il faut aussi être bien organisé et bon gestionnaire.

Dans certains cas, les parents peuvent désigner eux-mêmes l’enfant qui leur semble le plus apte à s’occuper de leurs finances. Dans tous les cas, il est important que règne un climat de confiance dans la famille.

En général, la personne désignée responsable obtient la procuration sur les comptes. La procuration peut être limitée ou totale. Si elle est totale, le mandataire peut effectuer tout type d’opération sur les comptes du parent : retraits, investissements, dépenses…

Communiquer avec la fratrie de manière régulière et transparente

Pour éviter tout type de suspicion, il est fondamental de faire des points réguliers et non de gérer « seul dans son coin ». Une communication saine sur la gestion de l’argent et du budget des parents est fondamentale, pour que personne dans la famille n’ait le sentiment d’une tromperie quelconque.

Vous pouvez instaurer des pratiques simples, telles que :
– communiquer tous les trimestres les relevés de comptes de vos parents à vos frères et sœurs ;
– prendre ensemble des décisions d’investissement (toujours en présence de vos proches), par exemple pour aménager leur domicile, faire face à des dépenses de santé, verser des donations aux petits-enfants…

Que faire en cas de malversation de l’aidant ?

Malheureusement, il existe des cas où la personne de la fratrie qui aide les parents profite de la situation pour détourner des fonds ou littéralement vider les comptes. Si cette personne a obtenu la procuration, c’est la seule à avoir le droit de regard sur le compte des parents. Pour tenter de clarifier la situation, commencez par demander à votre frère ou sœur de produire des justificatifs (relevés de compte, factures d’achats…) pour vérifier qu’il n’y a pas vol ou détournement. S’il ou elle refuse, vous pouvez :
– demander à vos parents d’établir également une procuration à votre nom ;
– engager des démarches pour la mise sous tutelle de vos parents, si vous estimez qu’ils manquent de lucidité et se font déposséder contre leur gré par votre frère ou sœur. Le juge décidera alors qui est la personne compétente pour la gestion des comptes.

Sachez qu’au décès de vos parents, vous aurez droit en tant qu’héritier, a avoir connaissance de la liste de leurs comptes auprès du Ficoba.

Les « outils » qui peuvent simplifier la tâche de l’aidant

S’occuper des revenus et du patrimoine est une responsabilité importante, parfois vécue comme « écrasante » par l’aidant familial. Une solution telle que Finense vous permet de superviser tout le patrimoine financier de vos parents sur une interface unique : vous disposez ainsi de l’information complète, mise à jour au quotidien automatiquement, sans aucune action de votre part.

Autre avantage significatif proposé par Finense dans le cadre de la fratrie : avec notre solution, vous pouvez être plusieurs à consulter les comptes bancaires concernés. Si vous avez des doutes sur certains mouvements financiers, ou si vous n’avez ponctuellement pas le temps de suivre la gestion du budget de vos parents, vous pouvez demander à vos frères et sœurs de vous épauler.

Le suivi est alors parfaitement transparent, et vous vous sentez moins seul dans la tâche qui vous incombe !

Partagez